Environnement

La ferme du Rouret est située au coeur d’un environnement varié et doté d’un terroir diversifié. Les 17 Ha exploités sont composés de parcelles argileuses, caillouteuses et sablonneuses. Certains sols sont donc plus riches, d’autres dits « pauvres ». Cette mixité nous permet de mettre en place en place une importante variété de cultures.

Agriculture biologique et techniques anciennes

Entre autres richesses, la ferme possède un agro-écosystème très dense et très ancien. En effet, des savoir-faire écologiques locaux et des techniques agricoles ont été mis en œuvre pour utiliser les ressources du milieu tout en préservant la biodiversité environnante. Ainsi, la totalité de l’exploitation est certifiée agriculture biologique par ECOCERT  FR BIO 01.

Toute la propriété est jalonnée de drains sous forme de « maïre » (fossés) ou de drains enterrés construits avec les cailloux ramassés sur les terres avoisinantes. Ces dispositifs permettent de drainer les champs lors de pluies importantes. Des « ribes », ou talus, font également office de haies. Un cannier est présent aux abords du point d’eau, constitué d’un bassin d’arrosage, où l’on trouve encore les traces de l’ancienne « noria » (roue où les chevaux étaient attelés afin de puiser l’eau du puits).

Une biodiversité abondante

Le domaine jouxte un bois, le bois du Rouret, le plus ancien et le plus important de Mazan, classé et protégé, dont une partie  est un ancien truffier. Certains pins sont centenaires et dominent le chemin d’accès à la ferme. L’exploitation est ainsi riche d’une flore dense (implantée ou endémique) avec une cinquantaine d’espèces d’arbres et une multitude d’autres végétaux en tous genres.

Dans cet environnement naturel et préservé, la faune est également omniprésente. Une multitude d’oiseaux, mais aussi des rapaces nocturnes (hiboux, chouettes) et diurnes (buses…) peuvent y être observés ; une large panoplie d’insectes, dont des abeilles sauvages et domestiques, implantées dans des ruches, permettent de polliniser les espèces mellifères sauvages, fruitières et maraîchères ; sans oublier reptiles et rongeurs qui peuplent bois et vignes, mais aussi des animaux plus grands tels que des sangliers, des chevreuils et, bien sûr, le cauchemar des éleveurs que nous sommes : des renards…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.